The black whole

The black Whole

 

Vous avez déjà eu ce sentiment de vertige? Le vrai vertige, celui qui ne vous prend pas le corps mais l’âme toute entière?
Vous vous sentez incroyablement fort et tout puissant…Mais ce n’est que l’expression de votre faiblesse.

L’envie vous enivre, vous anime et vous foncez dans tous les murs que vous croisez en état de pleine conscience, mais à chaque choc vous vous relevez avec un air machiavélique en vous répétant perversement « même pas mal ».

Vous n’êtes plus qu’un corps et un corps ce n’est rien…

La vie passe, les événements défilent et rien ne vous fait écho, vous cherchez l’ivresse, toujours plus d’ivresse à en devenir insatiable…Le temps, la vie, la mort, le bien, le mal, tout cela se confond en une joyeuse noirceur qui change jusqu’à votre regard le rendant de plus en plus prédateur…

Quelle est belle cette noirceur…

Elle peut vous faire vous envoler aussi haut qu’elle ne vous enterre mais qu’importe puisque les sentiments qu’elle génère vous ne les ressentez pas, vous n’êtes plus qu’arrogance, défiant la vie avec une rage destructrice…

Et lorsque cette vie vous offre douceur et repos, tel un guerrier jetant les armes vous ressentez l’humanité vous envahir de nouveau et vous fuyez aussi loin que possible en vous battant avec un peu plus de colère encore.

Vous ne vous reconnaissez pas ou plutôt vous ne vous connaissez que trop bien…Un jour c’est la vie qui vous tuera…

Vous vous sentez aussi fort que fragile, vous vivez à fond le pire en haïssant le meilleur et plus rien ne vous atteins…

Vous dansez joyeusement une valse endiablée avec le mal et vous tournez…Vous tournez encore et vous dansez jusqu’à ne plus sentir votre corps…
Que la nuit est belle sous ce ciel étoilé…
Vous dansez encore…
Qu’elle est belle cette insouciance dont vous ne savez ce que vous en ferez le matin…

Mais lorsque la nuit cesse et que l’aube pointe le bout de son nez les réflexions se lèvent au rythme des premiers rayons et vous savez au fond que vous ne faites que reculer l’échéance ultime de ce que vous craignez tant…

Mais il est tard et la fatigue vous guette…

Bonne chance à vous…

Car Il est l’heure…

Welcome to the black whole…

N.L